» Catégorie : Echanges et fourre-tout


Le château du Père-Noël

Commentaires » 0

Ce week-end et durant encore les deux suivants,vous pouvez visiter le château du Père-Noêl himself à Mignerette, au château de la Planchette. 

On a beau dire qu’en campagne il n’y a rien à faire, je ne suis pas de cette avis. Grâce au boulot, j’ai entendu parler de cet événement magique, organisé par l’association LAC .  Durant 3 mois les bénévoles ont décoré ce château hyper intimiste, beau comme tout. Les bénévoles sont bien heureux d’être là et ça se sent. Pour l’occasion, j’ai eu une petite réduction sur le tarif des entrées qui de base est de 5€ pour les +3 ans et les adultes. Mais sur place vous trouverez beaucoup de plaisirs, de bonheur et évidemment d’enfants qui courent partout. 

J’y ai emmené mes neveux, sœur, mère et amoureux par cette belle après-midi d’hiver. Ciel bleu, température douce…rien ne manquait. 

Je vous présente brièvement la visite, mais sur place, c’est évidemment beaucoup mieux. Mes sœurs ont même fait 1h30 de route pour venir dans ce superbe lieux, et elles ne regrettent pas. Les petits sont parfois impressionnés, parfois avenants et curieux. 

 IMG_0319   IMG_0307 

Dès notre arrivée, nous avons été accueilli par une bonhomme de neige qui nous a invité à venir voir comment faire des flocons de neige avec quelques coups de ciseaux. Impressionnant !

 

IMG_0308 

Pour alléger l’attente,de joyeux lutins nous ont fait de la sculpture de ballons. Les enfant étaient plus que ravis de brandir leurs épées de super héro. 

   IMG_0318  

Nous avons commencé l’après-midi par une histoire un peu loufoque de marionnettes qui veulent absolument faire un gâteau au miel. 

 IMG_0329

 

 

Puis nous sommes rentrés dans une pièce chauffée par un feu de cheminée. Magique ! Le Père-Noël nous a accueilli. Il a dit bonjour à tous les enfants avant de leur demander ce que chacun voulait pour Noël. Puis la séance photo a commencé agrémentée de distribution de bonbons. 

 

IMG_0346     IMG_0328

 

Puis d’autres activités nous ont été proposé, comme aller écouter une compteuse nous raconter l’histoire d’un élan un peu trop désobéissant. Ou encore, la possibilité d’écrire sa lettre au Père-Noël, manger des marrons chauds, ou boire un bon chocolat. Des personnages disent bonjour aux enfants : ourson, toutou, bonhomme de neige… Les enfants parfois ont peur, et d’autres demandent les bras. Une musique de Noël berce cette ambiance déjà très Noël. Mon plus jeune neveu a adoré écouter les chansons : « acore », blottit dans les bras, quand il commençait à fatiguer de sa journée.

Enfin bref, une super après-midi. Les portes sont ouvertes de 15h30 à 19h30. Comptez 1h30 en tout, selon l’attente entre chacune des activités. Les activités sont, elles, relativement courtes. Ce qui est très bien pour ne pas lasser les enfants et qu’ils restent attentifs à tout ce qu’ils voient.

See U !!

La petite Aurore, enfant-martyre

Commentaires » 0

Les temps sont durs. Je n’ai pas pris du tout le temps de prendre soin de mon blog EJE. Le stage est terminé, le mémoire est bouclé, les évaluations bientôt jetées au propre, les épreuves blanches sont commencées, les cours sont délaissés… ça sent la fin d’année, la fin de la formation. Je n’ai pas lu autant de livres depuis mon début dans cette formation, et ça n’est pas fini. Je vais faire ce que je peux pour continuer de rendre attractif ce site, parce que j’en ai la volonté et surtout j’en éprouve un grand plaisir à le faire. 

Ce soir je ne suis pas allée à l’athlétisme. Il fait froid, humide, gris. Il pleut. Un peu, mais il pleut. Je préfère rester chez moi, au chaud avec mon chat, à réviser le code et pourquoi pas….regarder un film. Je voulais visionner « L’enfant » des frères Dardenne (2005). En cours de Psycha, notre prof nous a projeté le début du film pour introduire le thème de la loi. Je n’ai pas assisté au dernier cours et je voulais voir la suite de ce film qui raconte l’histoire de «  Sonia, 18 ans, et Bruno, 20 ans, (qui) parviennent à peine à joindre les deux bouts grâce aux aides sociales et aux petites magouilles de ce dernier. Lorsque Sonia tombe enceinte, Bruno vend son bébé à des trafiquants pour le marché noir afin de récupérer un peu d’argent. Face au choc de Sonia, il regrette son erreur et rachète l’enfant grâce à l’argent qu’il a gagné. Mais après avoir été refoulé par Sonia, ses dettes et ses délits vont l’enfermer dans le désespoir, et le conduire tout droit en prison. » (merci Wikipédia

Au lieu de ça, je suis tombée sur le film « La petite Aurore, enfant-martyre » de Jean-Yves Bigras. Pour faire bref, c’est l’histoire de Marie-Aurore-Lucienne Gagnon, qui dans les années 1910-20 va être littéralement torturé par sa belle-mère. Vous vous doutez de la finalité de l’histoire puisqu’on parle d’enfant martyre. Le film date de 1952, mais même si le jeu d’acteur dénote, reste tout de même insupportable. Il semble que cette histoire ait défrayé la chronique. Effectivement, la belle-mère a été condamné à la pendaison, mais la nature faisant bien les choses, elle mourra d’un double cancer (si si c’est possible pour les pourritures telle que cette charmante dame). Il semble que le sort de cette pauvre enfant ait permis une avancée au Québec pour le droit des enfants. 

Cette histoire a tellement marqué les esprits qu’il en est sorti une pièce de théâtre, un roman, un film donc et un remake… La maltraitance est un sujet qui ne fait hélas pas encore parti du passé. Que ce genre de film circule et continue de dénoncer ce fléau.

 

2452_2    téléchargement   241529-aurore-enfant-martyre

Je vous laisse le plaisir de découvrir ce film, que je ne connaissais pas avant ce soir. Ne vous formalisez pas, les acteurs parlent québécois puisque c’est un film canadien. L’accent est très compréhensible mais la qualité du son n’est pas des meilleurs, mais tendez l’oreille et tout ira bien.

Image de prévisualisation YouTube 

 

See U !!

La maltraitance

Commentaires » 3

Je profite d’être bloquée chez moi par une vilaine crève pour mettre à jour mon blog. Il y a une petite semaine, nous avons eu un retour en cours. Le vendredi une intervenante, Irène Vasseur, clinicienne, est venue partager avec nous son savoir concernant la maltraitance. Sujet lourd, difficile mais auquel nous ferons certainement face à un moment de notre carrière. Même pour celles/ceux qui souhaitent travailler en crèches, halte-garderie et consœurs… Par ce post je souhaite partager avec vous ce qui en est ressorti, en étant, je l’espère, au plus proche de ses dires. 

« Le parent maltraitant se vit comme un enfant décevant. » 

Commençons par nous débarrasser de nos préjugés, car les cas de maltraitance ne se trouvent pas que dans les milieux défavorisés. La maltraitance dans Echanges et fourre-tout actupls_24_02_maltrai_medElle a souvent lieu sur les enfants de -3 ans, enfants qui ne parlent pas encore, qui a du mal à se faire comprendre. Les signes cliniques sont : un enfant dans le retrait, dans la crainte. Il connait des troubles du sommeil, sphinctériens. Il peu avoir des tics. Se sont des enfants sur la défensive donc peuvent être très agités. 

En tant que professionnels, il faut pouvoir se demander ce qu’on ressent face à ce genre de cas, ce qui se passe en nous. Sachant que l’enfant cherchera toujours à protéger son parent, à nous d’être vigilant, observateur. Idem au niveau des parents. Il n’y a pas de profil type du parent maltraitant.

2 profils se dessinent :

- des conditions familiales compliquées comme un père mort ou absent, une mère épuisée. Les parents peuvent avoir du mal à gérer leurs pulsions et voient l’enfant comme le persécuteur, car ils ne savent pas répondre à ses besoins. L’enfant fait exprès de souiller sa couche, il fait exprès d’avoir faim à des heures décalées etc…C’est ce qu’on appelle « l’anafectivité ». Le parent ne s’identifie aucunement à l’enfant et ne ressentent aucune culpabilité envers lui. 

- des personnes qui ont connu des carences affectives importantes enfant ou une éducation rigide qui ne leur a pas permis de créer de « pare excitation ». Ils ont pu connaitre une éducation basée sur la propreté, l’ordre sans qu’on ait à parler de névrose obsetionnelle; besoin de contrôler leur environnement dont l’enfant fait parti. Les psychopathologies peuvent être : un retard psychomoteur, une inhibition. Si l’enfant reste dans sa famille, on peut se rendre compte de son aspect négligé, des échimoses, une certaine instabilité. Il cherchera avant tout la présence de l’adulte. En grandissant, il peut avoir peur de l’abandon, devenir dépressif et avoir une composante masochiste. Selon Anna Freud, l’agressé peut devenir agresseur afin de devenir actif, de ne plus subir.

3 types d’identifications, toujours selon A. Freud :

- l’identification à l’agresseur : l’enfant agresse à son tour pour être actif.

- l’identification à l’agression : l’enfant va jouer l’agresseur pour comprendre l’acte.

- l’identification de puissance : l’enfant s’identifie aux objets d’agression pour prendre le pouvoir.  Cette dimension permet la vengeance. C’est celle que connait les parents maltraitants : il voit dans leur petit, l’enfant décevant qu’ils ont été pour leur propre parents. Vous verrez certains enfants agressés par crainte de l’être lui même. C’est un système de défense dû au manquement d’instance du surmoi qui se créer, selon Freud lors du complexe d’Oedipe (contre dit par M. Klein).

  • Le phénomène de projection 
Au moment de l’identification à l’agresseur, le sujet a intégré l’interdit sans entrer dans l’auto-critique. C’est un interdit non constructif. Le surmoi est donc une instance de l’interdit et non de protection. Le travail d’auto critique est le travail d’auto perception de son agression. L’adulte projette sur l’enfant sa propre agressivité, au lieu de se contenir et de s’identifier à ce dernier. Il ne perçoit pas l’enfant en détresse. Il leur renvoi d’être de mauvais parents; il devient coupable de son impuissance. 
A nous, professionnels, de comprendre ses situations difficiles, de trouver un outil de communication pour atteindre ses parents et enfants en détresse. C’est aussi ce genre de situations, qui une fois rétablit, font qu’on fait un beau métier pour lequel je ne regrette aucunement mon choix de formation. 

20 novembre

Commentaires » 0

Hier était la journée internationale des droits de l’enfant. Ce qui est plutôt désolant c’est que j’en ai très peu entendu parlé. Aujourd’hui il est peut-être temps de se tenir un peu plus au courant de ce qui se passe dans le monde de la petite enfance. JE me suis donc penchée sur la déclaration des droits de l’enfant, adoptée par les Nations Unies le 20 novembre 1989, qui énonce les 10 grands principe suivant :

Principe premier : 
L’enfant doit jouir de tous les droits énoncés dans la présente Déclaration. 20 novembre  dans Echanges et fourre-tout affiche_3_droits_enfant1 Ces droits doivent être reconnus à tous les enfants sans exception aucune, et sans distinction ou discrimination fondées sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l es opinions politiques ou autres, l’origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance, ou sur toute autre situation, que celle-ci s’applique à l’enfant lui-même ou à sa famille. 


Principe 2 :
L’enfant doit bénéficier d’une protection spéciale et se voir accorder des possibilités et des facilités par l’effet de la loi et par d’autres moyens, afin d’être en mesure de se développer d’une façon saine et normale sur le plan physique, intellectuel, moral, spirituel et social, dans des conditions de liberté et de dignité. Dans l’adoption de lois à cette fin, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être la considération déterminante.

Principe 3 :
L’enfant a droit, dès sa naissance, à un nom et à une nationalité.

Principe 4 :
L’enfant doit bénéficier de la sécurité sociale, il doit pouvoir grandir et se développer d’une façon saine; à cette fin, une aide et une protection spéciales doivent lui être assurées ainsi qu’à sa mère, notamment des soins prénatals et postnatals adéquats. L’enfant a droit à une alimentation, à un logement, à des loisirs et à des soins médicaux adéquats.

Principe 5 :
L’enfant physiquement, mentalement ou socialement désavantagé doit recevoir le traitement, l’éducation et les soins spéciaux que nécessite son état ou sa situation.

Principe 6 :
L’enfant, pour l’épanouissement harmonieux de sa personnalité, a besoin d’amour et de compréhension. Il doit, autant que possible, grandir sous la sauvegarde et sous la responsabilité de ses parents et, en tout état de cause, dans une atmosphère d’affection et de sécurité morale et matérielle; l’enfant en bas âge ne doit pas, sauf circonstances exceptionnelles, être séparé de sa mère. La société et les pouvoirs publics ont le devoir de prendre un soin particulier des enfants sans famille ou de ceux qui n’ont pas de moyens d’existence suffisants. Il est souhaitable que soient accordées aux familles nombreuses des allocations de l’État ou autres pour l’entretien des enfants.

Principe 7 :
L’enfant a droit à une éducation qui doit être gratuite et obligatoire au moins aux niveaux élémentaires. Il doit bénéficier d’une éducation qui contribue à sa culture générale et lui permette, dans des conditions d’égalité de chances, de développer ses facultés, son jugement personnel et son sens des responsabilités morales et sociales, et de devenir un membre utile de la société.
L’intérêt supérieur de l’enfant doit être le guide de ceux qui ont la responsabilité de son éducation et de son orientation; cette responsabilité incombe en priorité à ses parents.
L’enfant doit avoir toutes possibilités de se livrer à des jeux et à des activités récréatives, qui doivent être orientés vers les fins visées par l’éducation; la société et les pouvoirs publics doivent s’efforcer de favoriser la jouissance de ce droit.

Principe 8 :
L’enfant doit, en toutes circonstances, être parmi les premiers à recevoir protection et secours.

Principe 9 :
L’enfant doit être protégé contre toute forme de négligence, de cruauté et d’exploitation, il ne doit pas être soumis à la traite, sous quelque forme que ce soit.
L’enfant ne doit pas être admis à l’emploi avant d’avoir atteint un âge minimum approprié; il ne doit en aucun cas être astreint ou autorisé à prendre une occupation ou un emploi qui nuise à sa santé ou à son éducation, ou qui entrave son développement physique, mental ou moral.

Principe 10 :
L’enfant doit être protégé contre les pratiques qui peuvent pousser à la discrimination raciale, à la discrimination religieuse ou à toute autre forme de discrimination. Il doit être élevé dans un esprit de compréhension, de tolérance, d’amitié entre les peuples, de paix et de fraternité universelle, et dans le sentiment qu’il lui appartient de consacrer son énergie et ses talents au service de ses semblables. 

Elle a été ratifiée par 191 pays sur 193. Seuls la Somalie et les États Unis ont refusé de s’engager (certains états jugent les mineurs comme des adultes…sans commentaires).

Le 14 décembre, l’Unicef sortira son rapport annuel intitulé « Enfants exclus, enfants invisibles », sur les enfants qui ne sont pas enregistrés à l’Etat civil ou les enfants de la rue. Fin 2004, le même rapport indiquait que plus d’un milliard d’enfants sur Terre, soit plus de la moitié au monde, souffrent de privations extrêmes liées à la pauvreté, à la guerre et au sida. A suivre donc…

societe_journee_internationale_enfants21 dans Echanges et fourre-tout

Pour plus d’info je vous invite à traîner sur le site des droits de l’enfant, qui est très riche en informations.

See u !!

 

L’appel du Sénégal

Commentaires » 0

Certaines étudiantes EJE 2 ont eu la fois de mener à bien leur projet de partir loin de la grisaille parisienne pour leur stage DF3 – Communication. Déjà une semaine qu’elles sont partis, pour la plus part au Sénégal, et deux d’entre elles ont eu l’excellente idée de nous faire vivre leur aventure via un blog.

imagesCAFHXPKW

Aujourd’hui je me permets de mettre le lien sur mon propre blog pour partager ça avec vous, et peut-être vous donner envie de vivre la même chose. Elles seront de retour parmi nous fin décembre pour faire un bilan que j’espère riche. 

 

See you !! 

La marche dés bébés…go go go !!

Commentaires » 0

La marche dés bébés...go go go !! dans Echanges et fourre-tout MDBB_logo1Le temps ne nous pousse pas à mettre le  nez dehors en ce moment : pluies diluviennes, nuages grisâtres, vent frais…L’hiver est à notre porte mais ne perdons pas notre motivation légendaire et rappelons-nous que demain, dimanche, aura lieu La marche des bébés au Buttes Chaumont. Voici un aperçu de ce qui nous attend :  

9:00 : ouverture du village La marche des bébés – accueil des participants/tes et distribution des brassards (jusque 10:00) – animations et jeux pour enfants illus dans Echanges et fourre-tout

10:00 : ouverture de la marche des bébés

10:15 : échauffement collectif devant le podium avec un coach (qu’on espère sexy)

10:30 : départs des équipes

11:30 : arrivées des équipes – animations et jeux pour enfants

11:50 : palmarès des équipes

12:20 : fermeture et tout le monde rentre chez soi avec le sourire

Alors n’oubliez pas parapluie, k-way, bottes en caoutchouc et … à demain ;) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bébés vous disent MERCI

Commentaires » 2

Je ne vous dis pas la galère pour certaines de nous à trouver un stage. Il s’avère que la mairie de paris ne peut prendre de stagiaires pour cette fin d’année 2012, ce qui met à peu près les 3/4 des étudiantes dans une m**** sans nom. Les forfaits téléphones explosent, les oreilles chauffent et les patiences s’estompent… Bref ! Cette petite introduction pour en arriver là où je veux en arriver. Personnellement j’effectue mon stage DF3 au Café Zoïde mais ça on en reparlera en temps voulu. Mais l’avantage d’avoir son futur stage en poche, c’est qu’on peut anticiper sur le prochain; et ça … ça c’est un luxe. Soit dit en passant, mesdames et messieurs de 1ère année, prenez-y vous le plus tôt possible pour vos stages de 2ème année pour être sûr d’avoir 1 – de la place et 2 – aller dans une structure qui vraiment vous fait envie.

…Oui oui j’y viens, j’y viens !! En farfouillant de-ci de-là – je cherche une place dans une assos – je tombe né à né avec cette association que je connaissais point et qui, je le pense bien fort, mérite qu’on entende parler d’elle :

Paris Tout Ptits: « Aujourd’hui encore, à Paris, des enfants ont faim…« . Un site modeste, clair, , une accroche explicite. J’aime! On voit les SDF faire la manche dans la rue, on voit les pauvres fous hurler dans le métro mais les tout ptits affamés (on imagine pas l’estomac des parents…) eux, ne peuvent se faire entendre. Cette assos, créée en 92,  propose une aide alimentaire et d’hygiène aux familles démunies et moi ça j’aime. Enfin, quitte à choisir je préférerai que ce genre d’assos n’ait pas exister, mais le monde et tel qu’il est, à nous de l’aider à avancer au mieux.  La structure tourne principalement par l’aide de bénévoles sur 2 centres de distribution. Nous sommes pour le moment toute pas mal prise par les cours, les dossiers, les baby-sitting pour certaines et autres projets personnels, alors pour celles et ceux qui n’auraient pas de temps à se dégager voici un ptit geste qui ne coûte que 15.00€ et qui fera sans doute des plus plaisirs à la ptite nièce ou autre girly de la famille : un bracelet joliment appelé « Les fleurs du bien » proposé par la boutique:  Sur la terre comme aux cieux. Les bénéfices seront reversés Les bébés vous disent MERCI dans Echanges et fourre-tout eventsphoto_121_o_bracelets_fleur_du_bien_en_nombre_2-300x223à l’association. On ne regardera pas le côté religieux de la marque qui ne l’affiche aucunement sur les ptits bracelets.

Et comme il le dise si bien : « Les bébés vous disent MERCI ! »

Action contre la faim (1)

Commentaires » 0

Cet article est un copier-coller direct d’un courriel reçu à ce jour par Action Contre la Faim. 

Action contre la faim (1) dans Echanges et fourre-tout logo-mada1

 

Au Sud-Ouest de Madagascar, pauvreté grandissante et malnutrition affectent les enfants de moins de 5 ans

 

 

« Sur les terres arides de la région Atsimo Andrefana, ACF ouvre sa première mission afin d’agir sur différentes causes de la malnutrition.

Les populations de Betioky, dans le Sud-Ouest de Madagascar, ont vu leur situation se dégrader ces dernières années. Les faibles récoltes dues aux aléas climatiques, le manque d’accès aux services de base et un niveau de pauvreté supérieur à la moyenne nationale impactent gravement leurs conditions de vie.

L’impact de la malnutrition et du manque d’eau potable sur les plus vulnérables

Seuls 26% des habitants du district de Betioky ont accès à de l’eau potable, ce qui en fait l’un des districts les plus mal desservis de la région. L’eau consommée n’est généralement ni préalablement traitée ni bouillie et les maladies diarrhéiques constituent l’une des premières causes de morbidité.

Or, selon une étude réalisée par ACF à Betioky, un enfant souffrant de diarrhées à près de 3 fois plus de risques d’être atteint de malnutrition aigüe qu’un enfant n’ayant pas la diarrhée ; et les enfants ont une alimentation insuffisamment diversifiée, ce qui crée d’importantes déficiences en micronutriments essentiels. Ainsi, 7,7% des enfants de moins de 5 ans et 10,6% des moins de 2 ans sont atteints de malnutrition aiguë globale dans cette zone. La malnutrition chronique, quant à elle, touche plus d’1 enfant sur 3. La malnutrition est un véritable fléau pour ces enfants qui voient leur croissance et leur développement physique et intellectuel gravement affectés.

Face à cette situation, ACF a décidé de s’engager sur le long tere auprès des populations de Betioky en agissant sur différentes causes de la malnutrition avec le concours indispensable des communautés bénéficiaires : accès à l’eau potable, renforcement de la sécurité alimentaire et des pratiques positives de soins, d’hygiène et d’alimentation des enfants et des femmes enceintes.

En préparation des projets, ACF a lancé plusieurs études afin de comprendre au mieux le contexte particulier de Betioky, de s’y intégrer et de favoriser l’appropriation de toute action par les populations locales. Sans cette compréhension ni cet ancrage culturel et social, aucun projet ne pourrait être viable. »

 Si vous souhaiter leur venir en aide, je vous invite à cliquer sur le lien qui suit :

https://dons.actioncontrelafaim.org/faire-un-don?codemailing=12FI27M&utm_source=splio&utm_medium=email&utm_campaign=12FI27

La marche des bébés

Commentaires » 1

L’autre jour j’ouvre ma boite mail et tombe nez à écran avec un mail de ma soeur. L’objet : « ça y est, je me lance!! ». Ouah … mais où ?? La bonne question n’est pas où, mais dans quoi. Ma soeur, maman depuis 16 mois déjà, a, semble t-il, pas mal parcouru les sites de jeunes mamans où sont partagés conseils, histoires vécues, bons plans etc…Régulièrement elle m’a fait part des billets postés sur celui de marjoliemaman, blog tenu par une femme très très impliquée dans son rôle de maman. Et c’est via son blog qu’elle a connu la fondation Prem’up qui organise pour la deuxième année consécutive : 

La marche des bébés dans Echanges et fourre-tout 64755335_p

Alors kézako Prem’up ?? 

« La création de PremUp relève de l’initiative des ministères de la Recherche et de la Santé. Elle vise à accélérer les progrès médicaux dans le domaine de la périnatalité par une interaction forte entre la recherche et les soins. En lui accordant la reconnaissance d’utilité publique, l’Etat a souhaité que PremUp puisse, grâce à des financements privés, lutter plus efficacement contre la prématurité et ses séquelles. »*

Koikesse La marche des bébés ?? Qui ça concerne ?? et pourquoi tant d’intérêt ?? Pour y répondre au mieux, j’ai posé quelques questions à madame ma soeur :

> Comment as-tu as connu la marche des bébés ?? 

Via un blog de « marjoliemaman » sa petite fille était une prémat et c’est elle, l’année dernière, qui en a parlé sur son blog. Alors voilà :)

> Qu’est ce que c’est concrètement ? 

C’est 1 marche qui a pour but de sensibiliser les gens aux problèmes des prematurés et des femmes enceintes. Car il y a des prémats qui meurent chaque année, environ 2 000, des suite de leur prématurité

> Depuis quand ce mouvement existe t-il ? 

C’est la 2ème année que la marche a lieux. Cette année elle se déroulera au parc des Buttes Chaumont le 14 octobre 2012.

> Combien y a t-il eu de participants l’an dernier ? 

Alors ça j’en sais rien… C’est la fondation Prem’up qui organise cette marche. Le nombre de membre dépendra du nombre de collecteur ! (ndlr : En 2011, la Marche des Bébés a connu un fort succès. Des milliers de personnes ont répondu à l’appel et ont permis de collecter plus de 420 000 € pour la recherche)

> Comment participer à notre niveau ?

C’est très simple, vous pouvez soit créer votre propre page de collecte sur : http://2012.marchedesbebes.fr/event/ soit cliquer sur le lien suivant : http://marchedesbebes2012.alvarum.net/clairecharpentier pour rejoindre mon équipe et y faire un don. Il est évidemment déductible d’impôt. Vous recevrez, par mail, un justificatif. Pour les plus frileux du paiement sur le net, vous pouvez envoyer un chèque à Prem’up avec le nom de l’équipe que vous soutenez, et eux se chargeront de virer le tout sur le compte. Simple et sécurisé !

> Pourquoi t’es-tu senti concerné par ce mouvement ?

Né à 34 semaines (grossesse à terme = 41 semaines) soit environ à 7 mois 1/2 de grossesse, Sacha était un prémat moyen, avec un poids correct malgrè tout ;). On a eu de la chance qu’il naisse avec un bon poids, mais il en a quand même perdu beaucoup, c’est à dire 10% de son poids en peu de temps… De plus,

bebe-premature dans Echanges et fourre-tout

étant premat, des problèmes de développement de poumons peuvent avoir lieu (et biens d’autres hélas), car les poumons des premats ne sont pas assez matures. C’est pourquoi j’ai eu le droit à une jolie piqûre entre 2 contractions pour booster les poumons de mon bébé ! Et d’ailleurs le Sachou n’a pas crié tout de suite…

Il faut savoir que parfois ils oublient de respirer les coquins… Pour cela on leur donne de la caféine. Ils sont souvent trop petits pour téter donc on leur pose des sondes.  C’est pour cela que le DON DE LAIT MATERNEL est aussi TRÈS IMPORTANT, car c’est tout ce que les prémats peuvent « manger ».

Mon fils, est resté 12 jours en couveuse service néaonat. C’est pourquoi ils leur faut du personnel qualifié qui sait faire face aux problèmes qu’engendre la prématurité. Ils ont besoin de matériel spécifique, car ils sont branchés à des capteurs 24H24 et 7j7. Ces capteurs permettent de prévenir quand ils oublient de respirer… entre autre. Ils ont besoin de sondes adaptés pour leur faire passer les biberons de lait, souvent pas le nez… C’est assez impressionnant à voir !

Bien qu’ils soient souvent tout petit, le plus important pour un bébé premat c’est la présence de ses parents même s’il est en couveuse. Le peau à peau est primordiale. Et ils ne sont pas si fragiles, il ne faut pas hésitez à les prendres dans vos bras !!

>Comment as-tu vécu la prématurité de Sacha?

Je n’ai pas trop compris au début… Je ne m’y attendais tellement pas… On n’est pas informé sur la prématurité. Puis avec les hormones je n’ai pas réalisé (je vous jure que les hormones de femme enceinte c’est de la folie).  Et puis quand je suis redescendu, que j’ai réalisé que mon bébé etait tout petit, pas avec moi (car les premats à Villeneuve sont au 09eme et nous au 05 eme étage mais cela va changer) qu’il y avait des risques pour lui … Bref, quand j’ai réalisé, je me suis éffondrée. Et puis au début il y a eu beaucoup de mauvaises nouvelles.. La perte de poids, il oubliait de respirer,  la jaunisse… Le fait qu’on ne puisse pas l’allaiter aussi … Et le voir brancher, avec tous ces fils dans cette couveuse, avec des bip bip partout, même si c’est pour son bien c’est très impressionnant.

> Quelle a été ta relation avec le personnel professionnel pendant cette période? 

Le personnel de Villeneuve saint georges a été GENIAL. Je ne les remercierai jamais assez. Vraiment, un personnel à la hauteur, compréhensif, à l’écoute avec un tas de conseils pour bien allaiter (et c’est TRES important). J’ai été contente d’accoucher dans un hôpital public, j’ai partagé ma chambre avec d’autres femmes c’est vrai, mais elles étaient toutes mamans de bébés premats. ALors on pouvait se soutenir !!

NOTE : 20/20 pour Villeneuve Saint Georges.

> En quoi leur compétence à faciliter ton séjour à l’hopital et celui de Sacha ??

Il y a 3 niveaux de maternité. Ci après un lien explicatif :

http://www.libre-choixnaissance.com/pages/Les_differents_niveaux_des_maternites-464552.html

111114_0s08b_ampc-bebe_premature_sn635-300x168Villeneuve est de niveau 2, c’est à dire qu’elle possède un service de néonatalogie ou de soins intensifs néonatals sur place. Certaines cliniques qui sont très chères n’ont pas cela !! Faites bien attention quand vous vous inscrivez. Car si votre bébé à le moindre problème, il sera transféré vers l’hôpital le plus proche et vous ne serez pas avec lui si cet hopital n’a pas de chambre de libre !!!

VStG était bien équipé, après je ne suis pas une spécialiste. Mais il manque rapidement de place dans le service néo nat. Car certains premats restent très longtemps, plusieurs mois parfois. Le personnel qualifié de VStG m’a permit de donner rapidement le sein a mon fils, avec des tétines qui s’adapent au sein… Et de la il est reparti sur la bonne voie de poids !! Je ne suis pas infirmière, mais je me sentais en confiance à VStG et mon fils a dû le ressentir aussi. Tous les matins j’avais un recap de sa nuit et des bêtises qu’il avait ou non faites (oublier de respirer, perdre du poids, ou arracher sa sonde… petit mais costaud). Il faut savoir que l’état donne peu à la recherche et que les hopitaux  ont de moins en moins de moyen. En donnant à « La marche des bébés » vous êtes sur que votre don ira à la recherche ! Et la prématurité ne prévient pas, hélas, cela peut  toucher n’importe laquelle d’entre vous. Dans notre famille et celle de  mon conjoint, aucun bébé n’était né premat et j’ai eu 1 grossesse  magique (pas de nausées, pas trop de poids, pas de problème de  diabète…)

Je ne veux faire peur à personne, c’est juste que moi je me sens concernées ;)

On compte sur vous.
See u !!

 

*Pour en savoir plus : www.premup.org